5 tests rapides pour l'Alzheimer et la démence

Ainsi que deux plus exhaustifs pour aider à la détection si vous êtes inquiet
ou incertain des signes chez un être cher

Il peut être difficile de détecter la maladie d’Alzheimer ou la démence chez les personnes âgées, car les symptômes se confondent souvent avec ceux du vieillissement normal. Il peut alors être difficile de déterminer si des tests approfondis sont nécessaires. Pour y voir plus clair, certains tests peuvent être effectués à la maison afin de déterminer si une évaluation plus approfondie est justifiée.

Mais avant d’aller plus loin, il est important de préciser que ces tests ne sont qu’un moyen de se faire une première idée. Ils n’offrent pas de certitude et peuvent encore moins être pris comme un diagnostic. Plusieurs éléments peuvent affecter les résultats et le principal facteur à prendre en considération est l’état normal de l’ainé incluant ses connaissances et ses facultés. Par exemple, si une personne âgée est malentendante, elle peut simplement mal comprendre un mot ou une directive. C’est une erreur facile à faire en interprétant ses résultats.

Si la langue utilisée pour les tests n’est pas sa langue maternelle, les résultats pourraient ne pas dire grand-chose. Le niveau de connaissances générales joue également un rôle important. L’idée n’est pas de déterminer si la personne doit ou ne doit pas savoir quelque chose, mais d’évaluer comment elle se débrouille par rapport à son état normal. Prenez donc ces tests pour ce qu’ils sont : Une indication approximative si votre proche commence à montrer des signes de la DA (Démence ou Alzheimer).

D’après notre expérience il est préférable de sélectionner les tests qui vous semblent les plus appropriés pour la personne âgée que vous connaissez bien et de les faire plusieurs fois sur une période couvrant quelques semaines en les variant un peu (différents sujets, différents mots à épeler, etc.). En voici 5:

Le Test du "Monde"

Dans ce test, vous demandez à la personne d’épeler le mot « monde » à l’endroit et à l’envers, puis d’énumérer les lettres du mot « monde » dans l’ordre alphabétique. Ce test, parfois utilisé par les gérontologues, est noté comme entièrement correct ou incorrect. Les créateurs du test (Leopold et Borson) affirment que lorsqu’un patient très instruit échoue à ce test, il existe une réelle possibilité d’une diminution du niveau cognitif et des tests plus formels devraient être effectués.

« La détection de la maladie d’Alzheimer ou de la démence est délicate car les symptômes se confondent avec ceux du vieillissement normal »

Test-minute des noms

Un deuxième test bref consiste à demander au patient de nommer autant d’objets d’une catégorie (par exemple, les animaux) qu’il le peut en l’espace d’une minute. Si un patient peut générer les noms de plus de 21 objets, il est probablement « bien ». S’il ne peut pas nommer 15 objets ou plus, il est fort probable qu’il souffre de troubles cognitifs, et la probabilité qu’il soit atteint de la DA est souvent beaucoup plus élevée que si un patient peut nommer 15 animaux ou plus.

Le Test d'Attention

Ce test est utilisé pour déterminer si la personne a des difficultés à être attentive ou à se concentrer sur des tâches. Pour ce faire, vous pouvez demander à la personne de compter à rebours à partir de 20 ou de répondre à des problèmes mathématiques simples.

Test D'Orientation

Ce test est utilisé pour déterminer si la personne a des difficultés à s’orienter dans le temps et l’espace. Il suffit de poser à la personne des questions telles que le jour ou l’endroit où elle se trouve. S’ils ont des difficultés à répondre à ces questions, Il s’agit possiblement d’un signe précurseur de démence ou d’Alzheimer.

Test Mini-Cog

Le Mini-Cog est un test de dépistage rapide en trois étapes qui permet d’identifier les troubles cognitifs. On demande à la personne de se souvenir de trois mots, de dessiner un cadran d’horloge indiquant une heure précise, puis de se souvenir des trois mots initiaux. Un score de 0 à 2 peut indiquer une déficience cognitive, tandis qu’un score de 3 à 5 indique une cognition normale.

Tests SAGE et MMSE

Si votre parent ou votre proche est d’accord et souhaite se tester lui-même, le Dr. Le centre médical Wexner de l’université d’État de l’Ohio a conçu un test appelé SAGE (Self Administered Gerocognitive Exam). Il s’agit d’un processus de 15 minutes qui couvre les troubles cognitifs, les troubles de la mémoire et les troubles de la pensée. Cliquez sur le nom du test pour en savoir plus et y accéder.

Une autre option est le MMSE (Mini Mental Status Examination). Il s’agit d’une série de tests similaires aux tests individuels ci-dessus, mais dans un environnement contrôlé et avec l’aide d’une autre personne. Celui-ci prend également environ 15 minutes.

Que vous utilisiez certains des tests individuels ou les tests les plus complets, il est essentiel de garder à l’esprit qu’aucun de ces tests ne peut diagnostiquer la maladie d’Alzheimer ou la démence en soi, et qu’un vrai diagnostic nécessite une évaluation complète par des professionnels de la santé. Ces tests servent d’indicateurs précoces d’une éventuelle déficience cognitive, ce qui permet des interventions plus tôt dans la maladie et une meilleure gestion des soins.  Effectuez plusieurs tests sur une période d’au moins deux semaines afin de vous faire une idée du niveau de l’être cher. Si elle a échoué plusieurs d’entre eux, assurez-vous également que cela n’est pas dû à des problèmes linguistiques, à des difficultés d’audition ou à d’autres éléments qui font partie de la situation de base de l’ainée.  Si vous n’êtes pas certain ou si vous estimez que les résultats sont inférieurs au niveau auquel vous vous attendez normalement, il est temps de consulter un gérontologue afin d’obtenir une perspective complète et de discuter de la meilleure approche pour la suite.  

Et si jamais votre parent (ou autre être cher) obtient un diagnostic de démence précoce ou de maladie d’Alzheimer, il reste du temps pour passer de bons moments avec elle.  C’est tout à fait possible, avec du soutien à domicile de lui offrir une belle qualité de vie tout en permettant au membres de la famille qui ont pris en charge sa santé d’en maintenir une eux aussi.  Et avec quelques conseils comme ceux que vous trouverez dans cet article qui propose une approche et des trucs pour mieux vivre avec ceux qui souffrent de démenceil est possible d’étendre les beaux moments plus longtemps qu’on ne le pense au départ… comme ça a été notre cas.

Retour en haut